Ombres

Cette section de photographies argentiques n&b regroupe des portraits issus de différents ensembles récents (2010-2014).

Si je photographie quelqu’un, il y a un désir, parfois assez défini, mais je préfère ne pas avoir d’idée trop précise du plan à dérouler, ce qui fait de moi un photographe plutôt rétif à la commande. Ce que j’attends qui viendra peut-être ne peut pas être attendu, en tout cas serré de trop près ; il faut donc attendre que ça se passe, faire quelques clics de temps en temps – c’est pour mon usage la formule générale de la photographie – et on verra ce que ça donne. Les portraits d’ailleurs peuvent jaillir d’un autre lieu que celui de la séance de portraits et à la limite n’envisager personne. Ensuite ça repose, et plus tard je reprends mon sujet pour voir si quelque chose d’un peu distinct est apparu, s’il y a de l’invu en présence, si une histoire se trame. Cette méthode, qui privilégie le différé du voir attaché à l’argentique, ménage un espace pour les projections que je propose sur le compte de mon sujet et le développement de révélations sourdes ; il se peut que ces micro-fictions, reliées au monde interne, rencontrent un peu et partiellement une vérité du sujet, ou non – je n’en fais pas un prérequis pour extraire un portrait de l’anonymat de la pellicule. Aussi les titres des portraits peuvent être tantôt signifiant, jusque pour le sujet, et tantôt allégoriques, imposés au modèle. N’empêche que ça y est, et que le modèle n’a pas de droit de réponse, que ses yeux face à nous.

 

Romain-Baillon_Ombres_01-136x200